LE GRAND RESET

Publié le par Les RadiKals TrieuRs

LE GRAND RESET

Le Grand RESET

Texte de 2009

Aujourd'hui il fait froid, Des informations arrivent de toutes parts...

Il est de plus en plus dur de recevoir tout cela sans y perdre sa propre lumière,mais cela me conforte dans l'idée qu'une phase ultime est entrain de se jouer. Le genre humain s'active au quotidien comme si il était l'acteur d'une vaste fresque , qui serait conduite par plusieurs metteurs en scènes n'arrivant pas à s'entendre sur l'épilogue de l'histoire. La vision du monde est devenu globale au regard du commun des mortels que nous sommes.

Qui est ombre ? Qui est lumière ?

Une lumière sans ombre? Ou une ombre sans lumière?

Nos pensées sont à la lumière de nos vies antérieures ? Ou à l'ombre de nos

certitudes matérielles? .

Si le chemin de nos vie antérieures nous invite à revenir vers la lumière , alors

chacun porte en lui le devoir de générer cet état salvateur.

Ici un peuple se déchire, là un autre s'abrutit aux fragrances synthétiques de ses découvertes scientifiques.

Une arme qu'elle soit de destruction massive ou qu'elle soit blanche est une

arme de destruction, il n'y a pas de crime ordinaire, il n'y a pas d'armes

criminelles mais il y a des criminels animés par la haine ou par la peur.

Il n'y a pas de doctrine de la sagesse, il n'y a pas de sage doctrine et n'est pas sage qui veut.

Les religions relient les hommes, les religions lient les hommes et les hommes

relisent les livres écrits par les maîtres de leurs religions.

Mais il n'y a toujours pas d'harmonie spirituelle, sinon celle que l'on peut

trouver en soi même sans liens aliénants .

Ce qui est écrit aujourd'hui sera décrié demain.......

Les sans abris sont les grands vainqueurs de la débâcle organisée du capitalisme triomphant au profit du capitalisme rampant.

Eux sont à même d'affronter la remise à Zéro des pendules qui remisent nos

illusions au placard de l'absurde.

Dans mon abri de sans abri je suis à l'abri de vos débris qui retombent ça et là.

Je suis là à vous regardez vous "encancériser" par les abus de vos matérielles

poubelles, dans lesquelles je vais fouiller et trouver les substantielles vérités de

ma vie en retrait et tirer définitivement un trait pour la postérité sur vous et vos

vérités.d'ici elles sont le reflet de votre monde en train de s'écrouler. Moi je suis

debout à l'abri de mon abri de sans abris...

Et dieu est le grand tout il est le créateur, il est ombre il est lumière lui seul a les clefs, l'homme est à son image il a la serrure il est la clef. Ici tout est juste même le final sera juste.

Es tu juste toi? Ou es tu juste moi ? Sommes nous justes nous? Ou sommes

nous juste là ?

Juste dans l'ombre? Ou dans la lumière du juste? Juste une apparence ?Ou

apparemment juste?

Juste un début ou juste à la fin ?

J'appuie sur le bouton....et hop je fait RESET . Le disque dur se décharge .

Le soleil se lève à nouveau, n'est t'il pas le dieu solaire d'Akhenaton ?

C'est un bon début....

Et je repart au confins de nos origines à la recherche des éclats du "CHRISTAL" brisé un jour de grand vent alors que l'homme était occupé à sa destinée.

Et la réponse vient. Il en est ainsi dans les hautes sphères célestes...... Les

Dieux et les Déesses , les Anges, les Archanges et les Chérubins agitent fort

leurs ailes . Le temps de la grande "résonance harmonique" est là . Le

verbe revient frapper les cordes de la harpe céleste . La vibration

primordiale qui sortira de l'instrument brisera comme le verre les trames

de la matrice et la grande Babylone, alors remise au diapason. Elle sera

une nouvelle fois à terre. Les maîtres adorateurs de la prostitué seront

rendus aux basses couches infernales des dimensions rétrogrades qui sont

leurs royaumes . Cela afin que l'ère nouvelle commence et qu'une douce

musique divine nous invite au retour à la vie.

L'illusion de l'âge noir se transformera en réalité pour un nouvel âge d'or .

Ecoutez le champs des baleines rêvez vous autrement.

Publié dans Interlude

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article