Jacques Testart : "Le transhumanisme est le nouveau nom de l'eugénisme"

Publié le par Les RadiKals TrieuRs

Jacques Testart

Jacques Testart

A propos des origines du Transhumanisme et de ses objectifs:
 
Jacques TESTART .-C'est un mouvement qui est né en Californie dans les années 1960-1970, à un moment où la recherche informatique balbutiante va rencontrer le mouvement new age et hippie. Des jeunes, attirés par le bouddhisme, opposés à la guerre du Vietnam et terrifiés par la guerre nucléaire, vont forger une nouvelle idéologie basée sur la communication et puiser leurs solutions dans l'informatique. Ces libertaires sont aujourd'hui devenus absolument libertariens et ne remettent plus du tout en question le capitalisme. Le mouvement a gagné l'Europe dans les années 2000 mais on a commencé à en parler tardivement, il y a quatre ou cinq ans. Aujourd'hui, il est déplorable que le mot ne figure même pas à l'agenda des États généraux de la bioéthique, où on évoque seulement l'intelligence artificielle.
 

En quoi consiste ce transhumanisme?

N'ayons pas peur des mots. Fondamentalement, le transhumanisme est le nouveau nom de l'eugénisme: il se donne pour but d'améliorer l'espèce humaine grâce à la technologie, en visant la santé parfaite, les performances physiques ect....

Jacques Testart est un scientifique connu et reconnu puisqu’il est à l’origine du bébé éprouvette.Il vient de publier un livre “au péril de l’humain” où il explique comment le transhumanisme est le nouveau nom de l’eugénisme.Nous avons abordé  sur ce blog depuis plusieurs années la dimension eugéniste du transhumanisme dans l'indifférence totale et la parution de ce livre nous semble fondamentale pour ouvrir les yeux sur cet eugénisme déguisé en promesses d'immortalité, sous assistance de l'intelligence Artificielle et du contrôle absolu digne des pires scénarios de sciences fictions.Qu’un chercheur comme Jacques Testart, qui a été un pionnier dans la reproduction artificielle, nous alerte aujourd’hui des dangers du projet transhumaniste,  fondé sur  la sélection humaine, puis sur une hybridation possible entre bio et silico, devrait être un déclic pour ceux qui avaient encore des doutes sur la nature de ce projet.

Que la technologie soit de fait incontournable dans la réalisation d'une grande civilisation à venir ne doit pas nous faire perdre de vue tout les autres aspects de la manifestation . La question fondamentale est de savoir si l'humain doit céder la place à l'artificiel et si la post humanité sera réellement le paradis prétendu des promesses transhumanistes?
Jacques Testard apporte dans son ouvrage : Au péril de L'Humain un éclairage objectif digne d'une homme sage.
 

Publié dans Echos

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article