Sold My Body

Publié le par Les RadiKals TrieuRs

Jusqu'à maintenant, «vendre son corps» avait à voir avec les ébats sexuels rétribués et pourquoi pas débridés ; c'est ce qu'on a appelé la Prostitution ! Le MAC était le souteneur de la prostituée , créature féminine et chimère tantrique , pour mâle en manque et phallus vacant, en quête de partenaire de jeux d'échanges de substance vive et de liquides séminaux.

La grande prostituée a pris ses lettres de noblesse dans l'apocalypse, sous les traits de la grande Babylone. En ce temps là , les MAGES et les MAC organisaient la vente et les profits du commerce juteux du corps sain de ses désirs inavouables . Le corps n'était pas en pièces mais vendu pour sa spécificité érotique voire religieuse. La prostituée vend son corps momentanément , la vestale fait de même avec ces promesses de virginité perpétuelle et le client achète un exutoire salvateur pour désirs brûlants en dépit du bon sens moral de toutes les époques, cul par dessus tête et esprit vagabond dans les sphères en reconfiguration des alcôves du temps parfumées à l'encens.

 Un drame terriblement humain au demeurant , mais un drame que chaque homme ,chaque femme sur cette planète rêvent(aient) de vivre un instant. L'homme est peu de choses alors la femme est devenue sa chose; en tous cas,il l'a cru , mais tout cela est fini. Aujourd'hui le MAC est un ordinateur et personne ne connaît le sexe du maître ordinateur , pourtant son symbole est celui de la chute primordiale, la POMME mordue dans un coin . Se pourrait-il alors que le MAC moderne n'ait pas de sexe mais nourrisse comme son modèle les désirs de la chair ?Alors, comme un malheur n'arrive jamais seul , la grande prostituée ne vend plus son corps et ne dépucelle plus les jeunes mâles atteints depuis de cécité congénitale, et de molesse du dard, biphénol A oblige. les imprudents impétrants préférant l'écran aux fragrances de l'experte en corps et profit en corps du délit; en libération salvatrice des désirs les plus fous . Ici l'oeil scrute la webcam et l'action est Manu Militari sur la manette de contrôle,dans la solitude infernale du plan numérique.

Le nouveau mage du nouvel âge c'est le MAC et le MAC est un barbeau de silicone comme les nouveaux phallus qui s'enfilent dans dans tous les sexes vacants de la grande foire à tous, pour carnages existentiels promus par la trame.C'est lui le grand maître de la grande Babylone moderne devenu en un temps record un corps à corps sans essence, sans odeurs,sans saveurs, mais le prix est toujours la facture à payer après les échanges en code numérique Inplug oblige . Dans la maison de cette nouvelle Babylone il faut avoir vendu son âme pour la pénétration et accepté l'amputation pour taper sur le MAC numérique. Du coup, Vendre son Corps a pris une autre allure, une allure médicale, avec passage forcé ou volontaire au bloc opératoire ou dans les dispensaires habilités. Ici l'opium ne s'inhale plus il s'injecte pour pallier à la souffrance encore trop humaine . Il y a peu, le corps était le sanctuaire de l'âme ,aujourd'hui le corps est à vendre ,à la criée,sur catalogue numérique sur les réseaux occultes de la matière vivante, bientôt accessible en open source et plate-forme numérique à péage . Pour vendre son corps pas de limite d'âge car le corps se partage au plus offrant, c'est le législateur qui le dit ,votre corps ne vous appartient pas car dans le monde inventif du XXIe siècle, il n'y a plus de frontières, y compris dans l'idée du partage des données numériques des souches ADN des gamètes en passant par le sang et les organes . Le post humain ne dispose de rien c'est un nomade qui voyage d'un continent à l'autre . il ne possède rien sinon du droit de se taire et d'être heureux du soir au matin. Il ne possède rien car il est possédé ,pour la postérité, une pilule de SOMA synthétique dans le corps et des implants numériques dans la tête car le meilleur des monde a un prix et ce prix c'est d'abord de donner son corps à la science et son énergie vitale à la bête numérique .N'est pas MAC qui veut, ni client qui peut, dans la Babylone numérique du XXIème siècle.

Alors voici venir le temps de l'indigence palliative par don de soi .Ici le don est une forme polie qui signifie en réalité : par rétribution différée suite à la mise a disposition d'autrui de substances vivantes ou pas d'ailleurs. Ici, des morceaux non vitaux d'un corps en vie ou là, les morceaux de choix d'un corps mourant en attente d'un nouveau corps déjà en mort clinique avec promesse de résurrection, à condition d'y mettre le prix. Avec la vente en ligne d'organes par canal numérique , le chirurgien de la mort lente est au avant poste . il opère en bloc les corps et découpe à l'envie les morceaux choisis . Ici la mort subite est un plus , la mort violente est souhaitée. Pas parce qu'ils souhaitent la mort du cobaye volontaire ...non... quoique ? . Mais un corps saint , jeune et vigoureux a plus de chance de satisfaire le client et ici le client est roi. Cette dame ou ce monsieur en mort latente ici ou là , ce vieillard milliardaire qui attend l'organe qui lui assurera de goûter encore un moment au plaisir de la vie; Qui peut avoir le coeur assez dur pour lui refuser un nouveau tour de manège ? C'est ainsi que la terre est aujourd'hui peuplé de morts vivants maintenus en vie par le don de soi et grâce aux produits anti rejets sans lesquels les organes en pièces se détachent car cet acte est contre nature . Mais pour combien de temps encore? Le corps a donc des jours comptés devant lui . Car nos élites savent faire les comptes . Pour l'humain c'est certain le compte à rebours a déjà commencé.

Tout passe par le menu/

Un prélèvement de fluides ou d'organes, inutile au vendeur mais salutaire au receveur, passe par le scalpel électronique; le choix est à la carte . Une plaie , dans le corps, un chèque en blanc sur le compte numérique de la bête électromagnétique et le tour est joué. Papy peut encore faire des partie de jambes en l'air et mamie est ,à coup sûr ,la super mamie qui redeviendra maman, pour le plus grand plaisir des petit enfant stériles ... c'est beau la vie .... quand on l'aime on compte pas .... Si ton petit fils est impuissant, pas de panique ,papy a réactivé sa production personnelle de spermatozoïdes en attendant l'avènement du BB médecine à la portée de toutes les bourses ,y compris stériles. Par ce que l'homme est libre et qu'il le vaut bien. Alors ,l'homme est devenu une marchandise comme les autres , une chose, un inventaire exhaustif en quelque sorte. Le corps ainsi promu à une nouvelle côte mais ce n'est pas celle d'ADAM ,c'est la nouvelle côte bientôt coté en bourse . Le corps est rentable ,interchangeable . Il est bio il est silico il est le corps de tous les délits ,de tous les désirs pour immortels et corps mourants,pour mort sur ordonnance et mort clinique très «clean» ,bien mort mais à vie pour ne pas dire pour l'éternité.

Un nouveau commerce se met en place/ vendre ses cheveux/son sang/ses gamètes/son sperme/ ses ovules/sa peau/ses organes/son ventre (GPA) et pourquoi pas / son ADN,aux acheteurs ,les adeptes de la réalité augmentée; une bioéconomie se crée en quelque sorte. Bientôt des êtres seront des professionnels de la vente de leurs organes en pièces détachées. Ils seront les premiers adeptes de l'orgasme numérique de remplacement . IIs sont déjà les premiers cyborgs volontaires .

Une information passée inaperçue: « à partir de ce lundi 2 février, l'Etablissement français du sang n'a plus le monopole du don du sang. L'ouverture à la concurrence modifiera son modèle économique et les volontaires pourraient être rémunérés. Le don gratuit de sang était, de plus en plus, une spécificité française : dans près de 70 % des pays développés, le don de sang est rémunéré depuis longtemps – de l’ordre de l’équivalent de 50 euros en moyenne pour les pays riches «. Quand les plus pauvres ne pourront plus manger, ils pourront toujours vendre leur sang pour manger, puis leurs reins, leurs cornées, leurs cheveux, leurs spermes ,leurs ovules, leurs enfants,leurs ventres, avant qu'ils ne se mangent eux même en nouveaux cannibales à 2 balles .C'est un véritable cauchemar qui sévit déjà dans pas mal de pays dit «sous-développés» À quand une bourse des matières vivantes vendues sur l'internet ,non garanties, pièces et main- d'oeuvre proposées;les litres de sang vont pouvoir être côtés en bourse ou bien vendus sur Amazon ou aux enchères sur Ebay ou disponibles dans le Cloud. Les ovules et les spermatozoïdes sont déjà à la vente en ligne!Le commerce génétique est en train d'émerger. Bientôt des soirées auto injection seront proposées sur Facebook . Les partenaires à l'échange d'organes, pourront se rencontrer via des speed-dating , alors que des chambres opératoires seront à disposition des patients pour des échanges en direct, live face aux caméras numériques au service des chirurgiens virtuels loués à la minute ou l'heure grâce à son porte monnaie numérique . Le choix de la pub en sus ...

Les lois changent à la vitesse grand V: l'indisponibilité du corps humain est remise en cause.Le transhumanisme a besoin de matières organiques vivantes,pour ses machines bio-synthétiques et aussi pour améliorer la santé de ses adeptes. Mais Le Transhumain a quand même une allure bricolée!

Comme le temps presse et en attendant que la législation soit au point: Pour les organes, il suffit de se servir sur les prisonniers de guerre ( voir le scandale de l'Ex-Yougoslavie),ce n'est pas ce qui manque, les prisonniers de guerre dans la paix européenne;de plus on nous dit que nos ennemis sont des barbares de la pire espèce . Ils coupent les gens en morceaux,alors vendre les organes cela ne devrait pas leur faire peur. Mais pour la vérité il faudra encore attendre 10 ou 20 ans si nous sommes encore là pour l'entendre . Qui a dépiauté ces êtres au Mexique ou en Inde ? Qui a meurtri à vie ces enfants aveuglés ou privés de leurs reins et laissés pour morts au bord des routes? Qui est capable de faire des choses pareilles? Il n'y a pas de doute possible ceux qui profitent ou commanditent de pareilles horreurs ne sont pas humains. c'est peut être ça ,finalement, le transhumanisme .

Et puis par ailleurs une autre loi vient de sortir qui nous rappelle que notre corps ne nous appartient pas ,tout du moins question de la santé et de la façon de gérer notre potentiel de santé. «Le droit opposable à la santé imposera au patient un parcours de soin défini par les Agences régionales de santé (ARS). Il n'aura ni la possibilité du choix de son praticien, ni de son lieu d'hospitalisation (publique ou privée)»(voir lien ci-dessous).

C'est assez paradoxal : une nouvelle aubaine se présente, pouvoir gagner du fric grâce à son corps, et en même temps nous sommes prévenus que notre corps ne nous appartient pas,que ce n'est pas à nous de décider ce qui est bon pour le maintenir en forme . Serait ce ce que l'on appelle maintenant la schizophrénie contrôlée»?La cybernétique a un penchant certain pour tout ce qui touche à la schizophrénie (étymologiquement: fractionnement de l'esprit).A réfléchir comment le fractionnement de l'esprit des individus peut faire partie d'une stratégie dictatoriale. Il n'en demeure pas moins que plus l'esprit est fractionné , plus les gens acceptent d'être dépiauté à condition que le fric soit de la partie.

Autrement dit, l'homme, dans la dictature transhumaniste, se voit comme à la tête d'un capital corporel et en même temps il doit faire une croix sur son corps,sa santé ,son sang ses organes,son libre arbitre car tout est propriété de l'État qui devient du coup le premier producteur de malades, de matières vivantes et éventuellement de pièces de rechange. Vendre son corps à l’État sera la meilleure des solutions , sans oublier que les états n'existent plus ,qu'ils ont été remplacés par des grands groupes privés qui sont les promoteurs du transhumanisme, donc à l'affût de matières vivantes, d'innovations et de toutes possibilités de faire de la monnaie. L'homme ordinaire doit être le singe des transhumains ,nous a t'on dit. C'est peut être cela que l'on appelle la monnaie de singe. Faire de l'argent avec les singes des transhumains.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article